French English

Après l'Espagne, le Portugal va accorder la nationalité aux descendants de séfarades

Vue de la synagogue Shaare Tikva ("les portes de l'espoir"), à Lisbonne, inaugurée en 1904. (Photo : Wikimedia Commons)L'initiative de l'Espagne en faveur des descendants de juifs expulsés en 1492 a fait des émules. Sa petite soeur portugaise s'apprête à faire de même en leur accordant à son tour la nationalité. Une loi en ce sens a déjà été approuvée le 11 avril dernier en première lecture par le parlement portugais et sera fin prête cet été. C'est ce qu'a annoncé le ministre du tourisme, Adolfo Mesquita Nunes, à la télévision israélienne lors d'une visite d'Etat la semaine dernière. Cette initiative, a-t-il ajouté, permettrait de plus d'attirer les touristes israéliens au Portugal.

 

Vue de la synagogue Shaare Tikva ("les portes de l'espoir"), à Lisbonne

La proposition, qui émane du parti socialiste, prévoit l'attribution de la nationalité portugaise par naturalisation à ceux d'entre eux qui montreront« une tradition d'appartenance à une communauté séfarade d'origine portugaise, avec comme critères objectifs un lien avec le Portugal, comme le nom, la langue ou une descendance directe ou collatérale ». Il est cependant difficile de savoir combien de personnes seront éligibles.

 

Un pays « pratiquement libéré de l'antisémitisme »

La motion a pu passer parce qu'elle bénéficiait du soutien du Parti social-démocrate, et de son président, José Oulman Carp : les deux partis, socialistes et social-démocrates, détiennent à eux deux 80% des 230 sièges de l'Assemblée. Il s'agirait, selon Oulman Carp, d'un « développement énorme » qui permettrait d'attirer entre 1.000 et 1.500 personnes. Pour les socialistes, il est nécessaire « de promouvoir le retour des descendants des juifs expulsés ou de ceux qui ont fui la terreur de l'Inquisition au sein de la nation portugaise ». Le texte « serait le corollaire d'un processus de réhabilitation d'une image et d'une culture forte quasi détruites par l'Inquisition avec l'approbation de la Couronne portugaise ».

Avant que l'Inquisition ne commence à les chasser, à partir de 1536, le Portugal abritait quelque 400.000 juifs, dont une partie avait fui les persécutions qui avaient débuté en 1492 en Espagne, où une loi similaire vient d'être adoptée. Après leur expulsion, un grand nombre de juifs portugais se sont installés sur le pourtour méditerranéen, en Afrique du Nord et jusqu'en Turquie. Le terme « Sefarad » désigne la péninsule ibérique dans la Bible, et par extension les communautés juives qui y étaient installées lors de la période islamique avant d'en être chassées aux 15e et 16e siècle.

La proposition de loi bénéficie d'un soutien populaire important et d'un désir de« s'amender » pour un des chapitres les plus noirs de l'histoire du Portugal - pays que José Oulman Carp décrit comme « pratiquement libéré de l'antisémitisme ». Il est également attendu que ce geste envers la communauté juive permettrait d'attirer des investisseurs dans une économie très gravement touchée par la crise.

 


 

 

Source: fait-religieux.com ,18/02/2014

Submit to DeliciousSubmit to FacebookSubmit to Google BookmarksSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
scroll back to top